Partenaires

CNRS Universite Grenoble Alpes UPS LaNEF INSA TOULOUSE EMFL NEXT

Accueil


Accueil du site > Thèmes de recherche > Supraconductivité appliquée : recherche et développement > R&D Supraconducteurs haute température critique

English

R&D Supraconducteurs haute température critique

Recherche et Développement sur les supraconducteurs à haute température critique (HTc)
 
L’intérêt des conducteurs supraconducteurs haute température critique (HTc) pour le LNCMI réside avant tout dans le fait qu’ils peuvent transporter à très basse température (en dessous de 20 K) un fort courant sans effet Joule sous très fort champ magnétique. Ils ouvrent des perspectives pour la génération de champ magnétique entre 25 et 50T, inimaginable avec les matériaux basse température critique tels que NbTi et Nb3Sn.
 
L’objectif de l’activité « développement HTc » au sein du LNCMI est d’étudier les supraconducteurs HTc les plus adaptés pour la génération de champ intense et de développer la technologie pour réaliser des bobines en supraconducteurs HTc destinées à être insérées soit dans les aimants résistifs du laboratoire soit dans des bobines en supraconducteur à bas Tc.
 
Le LNCMI est capable de mener à bien des mesures qui, à l’heure actuelle, ne peuvent pas se faire dans d’autres laboratoires, i.e. la caractérisation sous très fort champ jusqu’à 20 T dans un diamètre utile de 115 mm de conducteurs et de bobines (cryostat dans un trou de champ 20 T de 170 mm).
 
Canne de mesure pour des mesures à 4.2 K d’échantillons droits longs (10 cm) et de bobinettes.
Les amenées de courant ont permis de tester jusqu’à 1200A des rubans d’YBa2Cu3Ox déposés sur substrat métallique, soit des conducteurs de 4 mm de large pour 100 µm d’épaisseur. La couche supraconductrice d’YBa2Cu3Ox est de seulement 1 µm (Jc>30MA/cm2 et Je>0.3 MA/cm2).
 
Membres du laboratoire impliqués : Xavier Chaud, François Debray, Julien Marpaud
 
En collaboration avec : Benjamin Vincent (CNRS/CRETA), Julien Vialle (CNRS/Institut Néel), Pascal Tixador (G-INP/G2Elab ; CNRS/Institut Néel), Jean-Michel Rey et Thibault Lecrevisse (CEA/IRFU/SACM).
 
 

Pour plus d’information